1 an d'arret de la cigarette le bilan
LIFESTYLE

1 an d’arrêt de la cigarette – mon bilan

31/01/2019

Bilan après plus d’un an d’arrêt de la cigarette

Le 6 octobre dernière, cela faisait 1 an que j’ai arrêté la cigarette. Déjà plus d’un an que je n’ai pas touché à une foutue clope. Honnêtement, ce n’était pas ma première tentative. J’ai commencé à fumer à mes 18 ans et j’ai fumé jusqu’à mes 23 ans. 5 ans, ça n’a pas l’air de faire beaucoup et pourtant, j’ai bien senti que c’était déjà bien assez au niveau de ma santé et de mon porte-monnaie encore plus !

En cinq ans, j’ai essayé d’arrêter environ cinq fois, à chaque fois, je tenais un ou deux jours et c’était tellement horrible que je craquais. J’ai testé : la volonté, les patchs, la cigarette électronique, les chewing-gums, le magnétiseur … Et il y a quelques mois, je vous expliquais dans la vidéo ci-dessous, comment j’ai arrêté grâce au livre d’Allen Carr. C’était la deuxième fois que je le lisais et la bonne ! Aujourd’hui, je voulais revenir sur le sujet, vous dire comment ça  c’était passé après cette vidéo, si j’avais eu des difficultés, etc.

Le 6 octobre 2017, je décidais d’arrêter de fumer. J’avais racheté des patchs, parce que pour moi, le problème, c’était la dépendance à la nicotine et comme c’était ça qui était addictif, il me fallait un peu d’aide pour me sevrer. J’ai commencé à lire en plus ce bouquin et dans les premières pages, Allen Carr nous dit qu’il faut n’utiliser aucun substitut nicotinique.

Franchement, quand j’ai lu ces phrases, j’ai eu peur, je me suis dit que ce n’était pas une bonne idée, que j’allais rechuter si j’enlevais ce foutu patch de mon bras. Et finalement, j’ai décidé de lui faire confiance et j’ai arrêté les patchs ( je ne les avais porté que deux jours) et j’ai continué à lire le bouquin d’une traite, j’ai terminé ma lecture le lendemain.

Ce livre est super, mais je pense que pour que ça fonctionne bien sur notre cerveau, il faut le lire d’une traite pour lui faire un électrochoc.

Ca dépend peut-être aussi des caractères, je suis du genre tout ou rien, je suis devenue végétarienne du jour au lendemain juste après avoir vu un reportage, j’ai besoin de trucs intenses pour reconditionner mon cerveau et qu’il ne puisse plus revenir en arrière. En tout cas, il est clair, que lorsqu’on me demande comment j’ai fait pour arrêter, je me trouve bizarre de dire : j’ai lu un livre. Ce n’est pas forcément ce qu’on entend le plus souvent.

Je souhaite aussi préciser qu’au moment où j’ai voulu arrêter de fumer, j’avais envie, mais sans plus. J’aimais fumer, j’aimais le côté social de la cigarette et j’ai entamé cette énième tentative sans grande conviction. Et un des points qui m’a le plus aidé dans ce livre, c’est ce que dit Allen Carr, par rapport à la volonté.

Non pour arrêter de fumer, il ne faut pas de la volonté, d’ailleurs pour perdre du poids non plus ! Et quand j’ai compris ça, j’ai senti un réel soulagement. En fait, je n’avais pas besoin d’être forte pour arrêter de fumer. Vous n’avez pas besoin d’être fort ! Lisez juste ce livre et ça ira ! Allen Carr rabâche beaucoup dans ce livre et c’est pour ça que ça a fonctionné, à force de démonter une par une, toutes les croyances positives que j’avais à propos de la cigarette, mon cerveau s’est reconditionné et je n’avais plus aucun argument positif pour la cigarette, donc plus aucune raison de continuer.

Et honnêtement, je n’ai jamais souffert du manque ! Arrêter de fumer a en fait été facile pour moi et j’ai envie de le crier haut et fort car ça peut aussi être votre cas !

J’ai continué à côtoyer des fumeurs, sachant que mon copain fume, j’aurais pu être tenté tous les jours. Chez moi, il y a du tabac et je n’ai jamais songé à aller m’en griller une. Même dans les gros moments de stress !

Non, j’ai continué ma vie comme d’habitude, je n’ai pas eu besoin de compenser, j’étais même très contente de ne plus avoir à sortir dehors dans le froid, sous la pluie, de ne plus avoir mal à la gorge après une grosse soirée.

Pour ceux qui me lisent régulièrement, après, je suis tombée enceinte, donc forcément, il était hors de question de retoucher à cette merde, sans parler de l’augmentation du prix des clopes qui est à un prix que personnellement je ne pourrais pas mettre !

Cet article, ce n’est pas pour me vanter de ne pas avoir eu de difficultés. J’ai bien conscience qu’on n’est pas tout pareil, mais c’est surtout pour vous dire que c’est possible d’arrêter sans difficulté alors que je fumais beaucoup : je fumais une quinzaine de cigarettes par jour, je fumais à jeun le matin et la plupart du temps des roulées !

Donc, vous n’avez rien à perdre, lisez ce livre, qui coûte 8 euros et vous verrez bien. Même si vous n’êtes pas motivé ! Laissez votre ego de côté, car si vous le laissez s’exprimer, forcément, il ne voudra jamais que vous lisiez ce livre !

Les bénéfices que je ressens après 1 an d’arrêt de la cigarette :

  • Je ne fais plus d’asthme. Oui, parce que je fumais en ayant de l’asthme, je fumais même quand j’étais malade pour vous dire mon addiction.
  • Je respire donc mieux de manière générale.
  • Mes dents sont devenues plus blanches.
  • Je souhaitais aussi dire que lorsque j’ai arrêté la cigarette, je faisais attention à mon poids et j’ai même perdu 7 kg. Évidemment, j’ai tout repris parce que je suis enceinte 😉 Mais pendant, longtemps, je ne voulais pas arrêter de fumer parce que j’avais peur de prendre du poids, je suis la preuve qu’on peut aussi faire l’inverse 😉
  • Ma santé s’est améliorée, je tousse moins et j’ai aussi moins de problèmes digestifs. Pas très glamour, mais souvent la cigarette me démontait les intestins et j’avais beaucoup de soucis de ce côté-là.
  • Je perds beaucoup moins de temps. Avant je devais faire des pauses clopes de 5 minutes toutes les heures, maintenant, je peux rester au chaud chez moi et travailler ou faire ce que je veux sans avoir à y penser.
  • J’ai économisé et utilisé mon argent pour des choses plus importantes dans ma vie.
  • Je n’ai plus peur d’avoir mauvaise haleine ou de sentir le tabac froid.
  • Et surtout : je ne suis plus autant stressée. Avant, lorsque je fumais, j’avais toujours une boule d’angoisse et dès que j’étais en manque de nicotine ça revenait. Ne plus fumer m’a rendu beaucoup plus zen, je n’ai plus besoin urgemment de cette clope après avoir parlé en public ou après avoir fait quelque chose de stressant ou après un moment de colère ou de tristesse.

Dernière chose, ce que je sais et que je me suis bien ancrée dans la tête , c’est que je ne dois plus jamais retoucher à une cigarette de ma vie. 1 seule et c’est foutu ! Quand on fait des rechutes ça m’est déjà arrivée dans le passé, on pense que oh c’est bon, c’est juste une, juste une taff et qu’on va pas retomber dans l’addiction , mais en fait si ! Même si cette cigarette vous dégoute, vous donne le tournis, envie de vomir , vous reprendrez juste à cause de cette clope ! Donc c’est clair qu’il faut toujours avoir ça en tête et ne jamais y repenser.

1 an d'arret de la cigarette le bilan

Tu as aimé cet-article ? Epingle-le sur Pinterest !

 

 

 

You Might Also Like...

No Comments


    Notice: Undefined variable: consent in /home/lemondedln/www/wp-content/themes/hawthorn/comments.php on line 49

    Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.