bilan premiere annee freelance entrepreneure lemondedejustine
LIFESTYLE

Bilan de ma première année de freelance

13/12/2018

Bilan de ma première année de freelance

Cela va faire déjà un an que je me suis lancée à mon compte et non sans mal. Je me rappelle très bien la fin de l’année 2017, je freinais des quatre fers à l’idée de me lancer, j’avais peur ! Mais vraiment peur !

J’avais l’impression que dès que j’inscrirais en tant qu’auto-entrepreneur, tout allait changer, que ça allait être très dur. C’est bizarre de penser comme cela, en tout cas, j’ai bien mis 2 mois avant de me lancer réellement et de faire les démarches. Je sortais de formation, je me disais que je savais rien faire, que je n’étais pas légitime, que je ne trouverai pas de clients, que j’arriverai pas à gagner ma vie correctement cette année, etc.

Pour définir en quelques mots cette première année, je dirais que j’ai plutôt bien réussi, mais que je me suis mis beaucoup de barrières, que j’ai beaucoup pleuré aussi (je vous expliquerais après pourquoi.) et que j’ai eu du mal à centrer mon activité sur une seule chose, j’ai un peu l’impression d’être un couteau-suisse et ça a été dur de ne pas partir dans tous les sens. Mais si vous êtes multi-potentiel comme moi, vous comprendrez que c’est difficile de ne pas faire 36 000 choses à la fois.

bilan premiere annee freelance entrepreneure lemondedejustine

Le début :

J’ai eu beaucoup de chance au début, mais j’étais juste en train de faire mes papiers d’auto-entrepreneur que mon premier client est arrivé. J’ai eu mon premier entretien téléphonique, c’était un petit contrat qui s’est terminé en un gros contrat qui m’a suivi pratiquement toute l’année et qui devrait reprendre un de ces jours sûrement.

La découverte des plateformes : 

Pour trouver des clients, je me suis inscrite sur les plateformes de freelance dont Codeur qui m’a quand même pas mal aidé pour cette première année. (pratiquement tous mes clients sont venus de cette plateforme et étaient des clients réguliers.)

J’ai été confrontée à la concurrence sans pitié. J’ai eu l’impression d’être un petit poisson dans l’océan entouré de requins qui attrapaient des proies plus rapidement que moi. C’est vraiment l’effet que ça m’a fait et j’avoue que ça ne me plaît pas du tout.

À force d’utiliser cette plateforme, j’ai compris que je ne pourrais pas gagner très bien ma vie en l’utilisant sur le long terme, les clients veulent du pas cher, se tournent vers des freelances habitants en Inde ou à Madagascar et forcément, on ne fait pas le poids, on n’a pas du tout les mêmes tarifs.

Un boulot à côté : 

Comme je pensais que j’allais galérer, j’avais pris un petit boulot à côté qui au début me prenait 20 h par semaine, puis 10 après sans compter le transport. Ca m’a fait beaucoup de bien, car je suis tombée dans une chouette équipe, ça me permettait de relâcher la pression de trouver des clients à tout prix pour manger et je voyais du monde, je sortais de chez moi.

Puis la grossesse :

Forcément, il fallait que je fasse tout en même temps 🙂 Cette grossesse était désirée et on s’était dit qu’on essayait comme ça et qu’on verrait ce que ça donne sans nous mettre la pression, forcément au bout de 2 mois ça avait marché et ça a eu forcément un impact sur mon activité. Si vous n’avez pas lu mon premier trimestre de grossesse, en gros, j’ai vomi tous les jours pendant les 3 premiers mois et le reste du temps, j’étais très fatiguée.

J’ai donc arrêté mon petit boulot à la fin du premier trimestre pour me consacrer totalement à mon activité, car ça marchait bien, que je gagnais assez d’argent pour payer mes factures et mettre un peu de côté.

Gérer les critiques sur mon travail :

Cette année, j’ai dû travailler mon ego aie aie aie, c’est pour ça que je disais au début, que j’ai pas mal pleuré, pas mal douté de moi, pas mal été énervée. Je pense que les hormones de grossesse n’ont pas arrangé la chose, mais la moindre critique sur un truc que j’avais pas fait parfaitement ou simplement quand on me demandait une retouche, j’interprétais la chose en ” t’es une merde, refais tout, sinon on te lache, ça, on est d’accord, c’est moi qui me le disais et ça m’a pas mal pourrie la vie. Je prenais chaque remarque comme si on m’attaquait, tout me touchait beaucoup et forcément mon estime de moi-même en a pris un coup.

Parfois, j’ai eu l’impression d’être encore dans un rapport où les clients sont les patrons et moi, je suis leur salariée et ça m’énervait beaucoup. Avec la fin de grossesse, j’ai beaucoup relâchée la pression, d’ailleurs j’ai beaucoup moins de travail, parce que je n’en cherche pas forcément, je travaille sur un projet à la fois et vu que ça se passe très bien, je m’en fous un peu de gagner moins, j’ai besoin de me reposer plus souvent et j’ai besoin d’avoir des clients qui me correspondent vraiment et je ne veux plus que “cette peur de manquer d’argent” influence quoi que ce soit.

C’est “l’avantage” de la grossesse, mon corps m’a freiné et j’ai besoin de plus de repos donc j’y vais mollo. C’est vrai qu’être enceinte et auto-entrepreneure ce n’est pas la meilleure situation, on n’a pas d’arrêt maladie donc forcément, je dois travailler moins, mais je n’ai aucune compensation financière et pour le congé maternité ça ne va pas être joli non plus. Je vous en reparlerai si ça vous intéresse 🙂

La peur de manquer d’argent : 

Tous les mois, c’était (et c’est encore un peu) la même chose : est-ce que je vais avoir assez d’argent pour payer de manière égale les factures avec mon copain. Et en fait, tous les mois depuis que je suis freelance, j’ai réussi à gagner assez d’argent pour les payer. Maintenant je relâche plus la pression, mais parfois, je me suis surprise à trouver que je ne gagnais pas assez alors que je touchais un “salaire” tout à fait correct pour une première année et que j’arrive tous les mois à épargner, c’est quand même une bonne chose.

Je pense que cette peur, cette sensation de ne pas faire assez, de ne pas gagner assez vient du fait que je me suis beaucoup comparée à d’autres freelances qui parlent de leur activité sur Internet. Qui en font des tonnes sur ce qui gagnent ou qui te disent à travers des vidéos Youtube par exemple que la façon dont tu t’y prends, ce n’est pas la bonne manière et que lui, il gagne 10 000 euros par mois etc …

J’ai arrêté de suivre ces personnes il y a quelques mois, parce qu’en fait, je n’ai pas besoin nécessairement de gagner autant d’argent pour vivre. Dans mon mode de vie assez minimaliste, je n’ai pas besoin de grand chose et comme on en parlait avec mon chéri, quand on s’est se contenter de peu et que notre argent épargné sert pour notre futur enfant, nos projets de maison, de voyage et en cas de coup dur alors on a déjà une très bonne situation.

Si j’avais un conseil à vous donner, méfiez-vous des gens qui vivent en apparence très confortablement, la plupart font des crédits à la consommation et nous avec nos petits revenus on a finalement plus de côté, comment cela se fait-il ?  nos priorités ne sont pas les mêmes. Donc ne vous comparez pas, car vous ne savez quelle est la réelle situation financière de ces personnes, vous seriez surpris !

En tout cas, j’ai appris qu’il faut arrêter de se comparer et ça dans tous les domaines.

La difficulté de ne proposer qu’un seul service :

Ca a été une grande difficulté pour moi de me centrer sur un ou deux seuls services. Au début, j’étais partie pour ne faire que de la création de sites internet, comme je l’avais appris pendant ma formation. Mais avec mes compétences dans les réseaux sociaux + mon expérience avec ce blog, j’ai voulu également proposer mes services de rédaction web et de community management. Finalement, mon année s’est découpée en plusieurs phases où la première période, je n’ai fait que des sites internet, de la maintenance, puis je me suis occupée des réseaux sociaux, puis j’ai fait que de la rédaction. Aujourd’hui, je fais un peu les trois en même temps et j’ai rajouté mon blog dans l’histoire.

J’ai été souvent perdue parce que selon le projet et selon ma relation avec le client, je n’étais pas épanouie. Aujourd’hui, j’ai compris qu’il était nécessaire de ne pas travailler à contre-coeur et de choisir ses projets et ses clients même si on a peur de manquer d’argent.

En restant alignée avec mes valeurs, en choisissant mes projets comme une chef d’entreprise, j’ai retrouvé mon assurance et je me sens bien mieux dans mes baskets.

L’année qui arrive est un mystère, bébé va arriver en février, je sais bien que je vais être fatiguée et que ma vie va tourner autour de lui, je vais donc me laisser porter et bien voir ce qu’il se passe. Ce qui est sûr, c’est que mes débuts d’auto-entrepreneur ne seront pas vraiment comparables avec ceux d’autres freelances.

Cette année, j’ai vraiment envie de centrer beaucoup mon travail sur ce blog. C’est ce que j’aime le plus et j’ai décidé d’y croire, de croire que je pouvais gagner ma vie avec. J’ai longtemps refusé d’y croire, mais en fait, c’est ce que j’aime le plus au monde, couplé avec quelques missions avec des clients sympas, je suis sûre que ça peut le faire.

Depuis déjà quelques mois, je travaille beaucoup sur le blog, sur le développement de son trafic, sur mes réseaux sociaux que j’avais beaucoup délaissé l’année précédente. Et en fait-tout ça, ça m’excite ! J’adore, j’ai l’impression de me défier moi-même et quand je vois les résultats, je suis fière. J’ai encore pas mal de travail, mais c’est du travail que je peux faire tout le temps, le week-end, le soir, dès le matin, je retrouve cette fougue que j’avais au début du blog et j’adore ça, j’ai décidé de m’écouter et d’aller à fond dans ma passion 🙂 Je me dis que lorsqu’on fait quelque chose avec le cœur, ça ne peut que marcher !

Le mythe de l’administratif :

Enfin, je voulais détruire le mythe de l’administratif quand on commence et qu’on veut se mettre auto-entrepreneur. Non, ce n’est pas du tout la galère ! Ca devait l’être avant que je me lance, mais avec la nouvelle politique ils ont changé beaucoup de chose. Pour s’inscrire, c’est très simple et après soit vous régler vos taxes tous les mois comme moi (j’aime bien faire au fur et à mesure.) ou trimestriellement et c’est tout ! Après, si vous dépassez le seuil de CA autorisé (qui a beaucoup augmenté ) là ça sera un peu plus complexe.

Ce que je veux vous dire, c’est que surtout ne vous freinez pas pour les papiers parce que c’est vraiment simple.

Finalement, si je dois conclure et trouver une leçon à tout ça : lancez-vous ! Faites-le à côté de votre boulot, profitez de votre chômage pour vous lancer, rien ne doit vous freiner, au pire, vous avez quoi à perdre ? Il y a de la place pour tout le monde et vous le verrez vite si ce n’est pas fait pour vous.

Personnellement, j’ai compris que le salariat et moi c’était bel et bien fini, c’est pas fait pour moi. Je suis très contente de travailler de chez moi, je vais avoir un bébé donc je suis encore plus contente de ce choix même si j’aurais sûrement besoin d’aide pour dégager du temps pour mon activité. Je n’ai plus de frais d’essence et dieu sait comme ça compte aujourd’hui ! Mon activité ne me demande pas beaucoup d’investissement donc je sais que j’ai fait le bon choix. Le matin, je me réveille sans râler, je suis contente de ce que je vais faire de ma journée ! Je préfère gagner un peu moins certains mois et ne pas avoir à me forcer à aller au travail, à passer mon temps dans les transports et à supporter des gens odieux. Je sais bien que ce n’est pas tout le temps le cas, mais il faut l’avouer, la plupart des gens n’aiment pas leur travail et ça je ne l’envisage pas pour ma vie !

J’espère que vous aurez apprécié cet article 100 % honnête, c’est la vraie réalité d’une freelance débutante. Et si vous vous demandez au niveau de mes revenus, l’argent n’est pas un tabou pour moi, mais chaque mois ça a varié d’environ 500 euros au début quand je travaillais en tant que salarié à côté à environ 1600 euros de CA pour les bons mois où j’ai pu me consacrer uniquement à ça.

Comme c’est ma première année, je bénéficie de l’ACCRE et donc j’ai pas beaucoup de taxe à payer, donc le CA est assez proche de ce que j’empoche à la fin du mois, l’année prochaine, ce sera une autre histoire, mais ça je vous en reparlerai plus tard 🙂

N’hésitez pas si vous avez des questions, je me ferais un plaisir d’y répondre !

 

 

Tu as aimé cet article ? Epingle-le sur Pinterest !

Ma première année de freelance

21 Comments

  • Reply
    Tiphaine
    13/12/2018 at 10 h 34 min

    Merci pour ton partage ! Je suis à deux doigts de me lancer dans l’aventure aussi, je vais aller voir toutes les démarches pour avoir l’ACCRE aussi et début 2019 : je me lance ! Ton article m’a bien donné le petit coup de motivation supplémentaire nécessaire pour en être sûre !

    Pour la grossesse : je compatis et je suis admirative. J’ai été incapable de bosser, avec la fatigue, les pertes de mémoire à court terme, etc… Bébé a 13 mois et j’ai seulement le sentiment d’être de nouveau en pleine possession de mes moyens (mais pas de mon temps :p)

    Mais bon… Bébé a la maison c’est génial ! Je te souhaite une merveilleuse année 2019 !

    • Reply
      Le monde de Justine
      13/12/2018 at 19 h 18 min

      Génial ! L’accre c’est pour ceux qui étaient demandeurs d’emploi je te le précise au cas où 🙂 Trop cool pour ton bébé 🙂 oui je pense que cette deuxième année de freelance va être fatigante mais au moins je profiterai de lui à 100% et c’est lui ma priorité 🙂 En tout cas ça va être intéressant à vivre comme étape 🙂

    • Reply
      Le monde de Justine
      13/12/2018 at 19 h 18 min

      Je te souhaite à toi aussi une merveilleuse année 2019 🙂

      • Reply
        Myriam
        15/12/2018 at 22 h 00 min

        Bonjour,
        L’Accre va être accessible à tous les créateurs dès le 1er janvier 2019

  • Reply
    Manon
    13/12/2018 at 10 h 41 min

    Merci beaucoup pour ce retour complet et très intéressant ! Bravo pour cette première année et pour ce que tu en retires 🙂

    • Reply
      Le monde de Justine
      13/12/2018 at 19 h 19 min

      Merci beaucoup pour ton retour 🙂 tu sais ce que je vis aussi, depuis combien de temps tu es à ton compte ?

  • Reply
    Sabrata
    13/12/2018 at 12 h 21 min

    Bonjour,
    Merci pour ce témoignage honnête et qui fait du bien.
    Je me lance en 2019 également, et c’est vrai que c’est intimidant de se comparer aux personnes qui disent d’ambler gagner des milliers d’euros.
    J’ai voulu m’inscrire sur codeur mais il y avait pas mal d’avis négatifs. Je vois que pour toi ça a été un bon tremplin.
    Je vais tenter ma chance également.
    A très vite

    • Reply
      Le monde de Justine
      13/12/2018 at 19 h 20 min

      Coucou 🙂 Oui il faut pas se mettre la pression avec tout ce qu’on entend sur le net, on peut vite descendre de son petit nuage face à la réalité. Pour commencer, Codeur peut être une bonne solution, ça te fait des expériences et puis de toute façon oui faut pas se contenter des plateformes, mais quand t’as besoin de thune pour manger et que t’as pas 10 ans d’expérience et aucun client pour le moment, faut bien commencer par quelque part, que fais tu comme métier ?

  • Reply
    Emeline
    13/12/2018 at 16 h 37 min

    Merci pour ce superbe article ! J’ai adoré découvrir ton expérience… car bientôt ce sera mon tour ! Et j’avoue que je n’en mène pas large. Savoir que le lancement de ton activité a eu lieu en même temps que la naissance de ton enfant… oui je me bats avec cette idée que forcément je ne peux pas tout avoir… Merci donc et plein de réussite à toi !

    • Reply
      Le monde de Justine
      13/12/2018 at 19 h 23 min

      N’ai pas peur, qu’est ce que j’étais stressée avant de commencer puis finalement, ça coule tout seul, y a des moments plus compliqués que d’autres, mais on apprend beaucoup ! le plus important c’est que t’arrives à toucher au moins de quoi payer tes factures , après faut pas se mettre la pression et puis surtout, ce que j’ai pas trop dit dans mon article, il faut pas se laisser marcher dessus par ses clients et faire signer des devis avant de commencer tout travail, ça vient de m’arriver de me faire avoir et c’est vraiment pas agréable ! Bon lancement à toi du coup et merci pour ton retour 🙂

  • Reply
    Aurélie - Aunatur-elle
    13/12/2018 at 20 h 24 min

    Coucou ma belle,
    Je suis ravie de lire ton retour sur ta nouvelle vie de freelance car j’avoue y penser de plus en plus à plusieurs niveau … Tout d’abord dans la continuité de mon blog pour proposer mes services de comunity management mais je ne sais pas si je serais à la hauteur. Ensuite en libéral pour exercer mon activité de psychologue mais ça je suis de plus en plus déterminer et je pense me lancer fin 2019 =)
    Bravo pour cette belle année et je te souhaite le meilleur pour la suite <3

    • Reply
      Le monde de Justine
      14/12/2018 at 16 h 13 min

      Génial ma belle 🙂 je te souhaite le meilleur aussi , faut y croire et se lancer après tu verras bien 😉

  • Reply
    Severine
    14/12/2018 at 23 h 50 min

    Bravo à toi! Pour moi, tu as tout compris , privilégier ce qui est simple et compte pour toi mais ça ne m’étonne pas ça va avec le style de vie dont tu nous parles et ça correspond à tes valeurs. Encore bravo et je te souhaite une très belle continuation.
    Sév

  • Reply
    Myriam
    15/12/2018 at 22 h 03 min

    Ça fait du bien de lire ton bilan. Merci

  • Reply
    Marion
    07/01/2019 at 17 h 46 min

    Un petit conseil pour les plateformes : demande d’abord à quelques personnes de ton entourage de te proposer des petites missions puis de te faire un retour directement sur la plateforme. Une fois que tu as très premiers avis, double tes prix. Voire triple les. Il y’a des clients qui refusent d’emblée tous les freelances en dessous d’un certain taux journalier car ils jugent que ces personnes ne feront pas de la qualité. J’ai fonctionné de cette manière et aujourd’hui j’ai certes moins de demande via les plateformes, mais celles que j’ai ont des montants qui me permettent largement de vivre.

    • Reply
      Le monde de Justine
      09/01/2019 at 11 h 06 min

      Merci beaucoup Marion pour ce précieux conseil ! pour le moment je suis en pleine reflexion de ce que je vais proposer pour cette année comme service mais ta stratégie est très intéressante et j’y penserais ! merci 🙂

  • Reply
    Moe
    29/01/2019 at 9 h 03 min

    Je découvre ton blog avec plaisir, et j’admire ta première année en tant que freelance !
    Les critiques, j’en ai essuyé aussi de belles, cela fait mal, on se sent nulles, la confiance en soi en prend un coup. Puis après on comprend que ces grâce à elles qu’on s’améliore, qu’on évolue. Et si parfois les clients manquent de tact, le jour où on comprend que c’est leur frustration et leur colère interne qu’ils véhiculent lorsqu’ils se lâchent sur toi, on prend beaucoup moins à cœur leurs remarques. La seule limite à ne pas dépasser, c’est celle du respect. Si ton client ne te respecte plus, et bien il faut lui dire d’arrêter ou le quitter.

    A bientôt,
    Moe

    • Reply
      Le monde de Justine
      07/02/2019 at 1 h 11 min

      Merci beaucoup Moe ( c’était mon pseudo quand j’étais ado ahah 🙂 ) je suis tout à fait d’accord avec toi et je suis soulagée de voir que tu partages la même expérience ! j’avais l’impression d’être la seule, forcément sur internet peu de personnes vont parler de leurs galères et “echecs”/ déceptions. Ca a le mérite de nous faire évoluer même si c’est pas agréable 🙂

  • Reply
    Emanuelle
    25/05/2019 at 10 h 10 min

    Bonjour

    du coup tu as fait comment pour trouver tes clients hors codeur ?

    Merci !

    Emanuelle


Notice: Undefined variable: consent in /home/lemondedln/www/wp-content/themes/hawthorn/comments.php on line 49

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.